RAPPORT ANNUEL 2017 | Anticancerfund

RAPPORT ANNUEL 2017

Nous croyons que nous pouvons élargir la gamme d'options de traitement disponibles pour les patients, quelle que soit leur valeur commerciale. Avec nos activités principales (projets de recherche, soutiens aux patients, et partenariats), nous voulons créer un tel impact. Ce que le Fonds Anticancer a réalisé en 2017 est décrit dans ce rapport annuel.

Ce rapport est également disponible en néerlandais et en anglais, et en format PDF.

À PROPOS DE NOUS

Le Fonds Anticancer (FAC) est une organisation indépendante à but non lucratif qui vise à multiplier les options de traitements disponibles pour les patients atteints du cancer, quelle que soit leur valeur commerciale.

Nous soutenons des projets de recherche non commerciaux prometteurs et sommes à la recherche de nouvelles possibilités de traitements efficaces. Nous nous engageons également dans un partage transparent des connaissances. Sans concurrents commerciaux ou interférence avec des groupes d’intérêts particuliers ou des sociétés pharmaceutiques. Les patients sont notre unique préoccupation.

cancer patient with bunny

Dans un monde idéal

Chaque patient atteint du cancer a besoin d’espoir et d’opportunités dans son combat contre la maladie.

  • La recherche devrait se concentrer sur l’identification de nouvelles options de traitement pour augmenter réellement les chances de survie et la qualité de vie, indépendamment du type de cancer.
  • Le développement de médicaments devrait exploiter chaque piste dont les preuves sont prometteuses. Aucune option ne devrait être écartée.
  • Les chercheurs du monde entier devraient collaborer et partager leurs connaissances, avec comme objectif commun la découverte de meilleurs soins, et non pas le dépôt de brevets, la publication d’articles ou les dividendes d’entreprise.
  • Les fonds dédiés à la recherche devraient être consacrés à ceux qui en ont le plus besoin, et non aux secteurs les plus rentables.
  • Les décideurs devraient créer un cadre d’action centré sur le patient, qui soutient les progrès en matière de traitement du cancer, en donnant la priorité aux traitements abordables, accessibles et efficaces.
  • Les médecins devraient disposer d’autant d’outils que possible pour offrir des solutions aux patients. Au lieu d’être limitatifs et restrictifs, les législations et les financements devraient soutenir la qualité et l’égalité des soins cliniques.

Notre raison d’être

Le cancer est un problème de société qui provoque des souffrances inutiles et qui peut avoir une issue fatale. Nous pouvons réduire ce problème en excluant les motivations financières de la recherche contre le cancer et en maximisant les bénéfices des patients.

Donner la priorité au patient

Notre philosophie: mettre la science au service des patients atteints du cancer et de notre société. La recherche de solutions qui contribuent à cet objectif devrait être une recherche basée sur des données probantes.

Notre approche est basée sur les connaissances, le pragmatisme et la recherche d’une réelle incidence, de préférence avec des résultats à court terme.

Les moyens que nous utilisons sont: les essais cliniques, le partage de connaissances, la médecine basée sur des preuves et la collaboration internationale.

pills out of the bottle

FINANCEMENT

Tous les dons sont consacrés à la recherche

Le Fonds Anticancer est soutenu par un apport financier annuel de son fondateur et president,  Luc Verelst. En 2017, le Fonds Anticancer a reçu, en outre, €1,32 million de dotations. Tous les dons sont entièrement consacrés aux projets de recherche et aux essais cliniques. Les dons couvrent les coûts du projet (médicaments, installations, soins infirmiers, etc.), le soutien scientifique et la coordination de ces projets par l'équipe du FAC. L’ensemble des frais généraux générés par le fond sont entièrement couverts par Luc Verelst.

Une partie des dons du Fonds Anticancer est réservée à des sujets de recherche ou à des essais cliniques spécifiques, à la discrétion des donateurs ou des organisations affiliées (par ex. KickCancer). En plus des dons directs reçus, l’équipe du Fonds Anticancer assiste et soutient les institutions de recherche pour obtenir des fonds supplémentaires via d’autres canaux, récoltant ainsi plus d’argent pour la recherche indépendante et explorer d’autres pistes de traitement du cancer.

Financement de la recherche

Le Fonds Anticancer contribue à la recherche en procurant un soutien financier direct aux essais cliniques. Il couvre en moyenne 50% de la totalité du coût des essais. Les dons du Fonds Anticancer vont de contributions relativement petites à des essais plus importants réalisés par des consortiums (par ex. 20% de €700.000 de coût – essai ASPIRIN) à une couverture à 100% d’essais totalement sponsorisés (par ex. 100% de €250.000 – essai KETOROLAC). La stratégie du Fonds Anticancer pour le soutien de futurs projets est, avec des moyens de financement égaux, d’agir davantage comme un moteur stratégique (par ex. canaliser, initier et gérer des essais) ou de soutenir des essais cliniques indépendants plutôt que d’être un simple sponsor.

Outre le soutien financier direct aux essais cliniques, le Fonds Anticancer offre un soutien sous forme de contribution stratégique. Des chercheurs internes ont contribué au développement de consortiums, et au développement de protocoles et de documentations. Chaque rapport d’essai clinique comprend le coût total du projet, les dons directs en espèces du Fonds Anticancer et les dons en nature additionnels, qui peuvent être consultés dans la section du portfolio de l’essai sur notre site web en anglais.

funding anticancerfund donations

NOS ESSAIS

La recherche clinique est la principale activité du Fonds Anticancer. Nous agissons en tant qu’intermédiaires entre les universités, les hôpitaux, ainsi que d’autres parties prenantes pour mettre en place des essais cliniques dirigés par des chercheurs. Les essais soutenus par le Fonds Anticancer se concentrent sur des protocoles thérapeutiques dont l’impact social est potentiellement significatif. Leur valeur commerciale pour l’industrie pharmaceutique n’est pas prise en compte. En tant qu’organisation orientée vers les résultats, nous sélectionnons des essais qui peuvent ouvrir de nouvelles perspectives de traitement aux patients et ce, aussi rapidement que possible.

Etendre et enrichir notre réseau

Nos recherches cliniques sont guidées par des collaborations multicentriques et multinationales. En 2017, nous avons continué à élargir le vaste réseau de contacts en oncologie du Fonds Anticancer et à approfondir notre expérience dans la mise en relation de cliniciens et de chercheurs aux intérêts convergents. Nous avons investi le temps et les ressources nécessaires pour identifier des collaborateurs potentiels, établir des lignes de communication et établir des consortiums fructueux.

Injecter plus d’argent dans les projets les plus porteurs

Le Fonds Anticancer collabore avec d’autres fondations et initiatives de lutte contre le cancer pour optimiser les efforts de collecte de fonds, en utilisant l’expertise de recherche de base de ces organisations pour orienter les fonds vers des projets adaptés.

Le Fonds Anticancer est actuellement impliqué dans 15 essais cliniques

Ces essais concernent divers types de cancers et différentes phases de traitement, selon le scope de l’étude ; les essais cliniques que nous soutenons s’alignent sur un ou plusieurs de nos domaines d’intervention: réorientation de la médication, combinaison thérapeutique, prévention et contrôle de la récidive tumorale et/ou traitements moins courants ou de cancers rares.

Les détails des deux essais importants de notre portfolio de 2017 sont inclus dans ce rapport. Pour tous les autres essais, l’information peut être consultée sur notre site et fournie sur demande via studies@fondsanticancer.org.

Importance

Le cancer du col de l’utérus est le troisième type de cancer le plus fréquent chez les femmes avec un faible taux de survie de 5 ans. Le cancer de l’endomètre est le cancer gynécologique le plus fréquent, avec, comme pour le cancer du col de l’utérus, un mauvais pronostic des récidives. Les options de traitement actuellement disponibles pour les patientes sont rares et elles s’accompagnent souvent d’effets secondaires considérables. Pour ces deux types de cancer, il est urgent d’élargir les possibilités de traitement capables d’améliorer les chances de survie, tout en assurant le maintien de la qualité de vie.

Focus

Les immunothérapies Anti-PD-1, qui permettent au système immunitaire de détruire les tumeurs, montrent une faible efficacité auprès des patientes atteintes du cancer du col de l’utérus et de l’endomètre. Parce qu’une tumeur est une composition complexe de différentes cellules, une combinaison de thérapie peut la détruire plus efficacement. Par conséquent, l’essai PRIMMO vise à améliorer le traitement des cancers du col de l’utérus et de l’endomètre par une combinaison d’Anti-PD-1 et 6 thérapies (comprenant des substances à faible coût comme la vitamine D3, le lansoprazole et l’aspirine – c’est-à-dire un repositionnement de médicament), qui, collectivement, permettent au système immunitaire de lutter contre la tumeur.

Partenaires principaux & financement

Le projet a été initié par le FAC et coordonné par l’hôpital universitaire de Gand. Son financement est assuré par le FAC et Kom op Tegen Kanker. Outre la contribution de Kom op Tegen Kanker à hauteur de €630.500, le FAC s’engage à couvrir les frais restants de €736.488 – dont 10% ont été versés en 2017 – et à fournir un personnel scientifique pour soutenir l’essai.

Importance

Les cancers pédiatriques sont la première cause de mortalité pour cause de maladie chez les enfants de plus d’un an, ce qui représente chaque année 6.000 décès en Europe. Des recherches indépendantes et des essais cliniques financés par des fonds privés sont nécessaires pour augmenter les options de traitements. De tels essais devraient également avoir des effets à long terme grâce aux nouvelles technologies et à la diminution des doses standard de chimiothérapie.

Focus

Les cancers pédiatriques peuvent prendre 60 formes différentes et sont rares à très rares. Par conséquent, ils attirent peu l’attention de la recherche et le taux de guérison stagne depuis 15 ans. Tandis que 70 médicaments anticancéreux ont été approuvés par l’UE entre 2011 et 2015, seuls 2 traitaient les cancers pédiatriques. Cet essai clinique innovant a été préparé en 2017 et testera une combinaison de 3 chimiothérapies classiques (à faible dose) et d’un inhibiteur de points de contrôle immunitaires PD-1, Nivolumab.

Partenaires principaux & financement

Deux fondations belges créées par des parents d’enfants cancéreux, l’Alexine Clarysse Fonds en KickCancer, ont rejoint le Fonds Anticancer pour la phase II de l’essai clinique. Leur objectif est de placer les efforts de collecte de fonds et de gestion de l’essai dans les mains expérimentées de l’équipe scientifique du Fonds Anticancer. Nous plaçons notre savoir-faire scientifique et notre expertise dans le développement d’essais cliniques mis à la disposition de ces plus petites fondations et organisations caritatives pour garantir la meilleure allocation des financements et enregistrer des progrès communs dans le domaine de l’oncologie pédiatrique.

Ensemble, ces deux fondations ont récolté €200.000 euros qui financeront l’essai METRO-PD1. En 2018, l’objectif du Fonds Anticancer est d’ouvrir l’essai aux patients de Belgique, mais aussi de France. La recherche de fonds supplémentaires est en cours.

L'IMPACT SUR LE PATIENT

Autonomiser les patients grâce à l’information

Le bénéfice direct des patients est notre critère de sélection principal pour les essais cliniques que nous finançons, soutenons et promouvons. Pour valoriser notre stratégie basée sur la recherche, nous continuons à informer les patients atteints du cancer des possibilités de traitements et des essais cliniques disponibles en 2017. Le FAC fournit une information indépendante sur leur maladie et les options de traitement en 2017 à plus de 250 patients.  

L’information est envoyée, gratuitement par e-mail, à la demande des patients. Elle est basée strictement sur des preuves scientifiques disponibles. La plupart des patients contactent le Fonds Anticancer après un diagnostic précoce, ou lorsqu’à l’inverse, ils ont épuisé toutes les possibilités de traitements disponibles. Nous constatons un besoin important d’information compréhensible et fiable sur les options en matière de traitement, l’admissibilité et la participation à des essais cliniques, et le recours à des médecines alternatives dont l'efficacité est démontrée par des preuves.

L’IMMUNOTHÉRAPIE

Lutter avec des preuves contre la désinformation

L’immunothérapie était le sujet d’actualité le plus populaire chez les patients en 2017. Ce traitement contre le cancer stimule ou soutient le système immunitaire du patient en combattant les cellules cancéreuses. Les médias ont largement évoqué cette nouvelle technologie, amenant les patients à considérer erronément l’immunothérapie comme la solution ultime pour soigner tous les cancers et tous les malades du cancer.

Les patients ont besoin d’une définition plus précise de l’immunothérapie, en tant qu’ensemble de traitements divers, comprenant des inhibiteurs de points de contrôle immunitaires, des thérapies cellulaires, des vaccins contre le cancer et autres.

Les inhibiteurs de points de contrôle immunitaires ont fait l'objet d'une hyper médiatisation en 2017. Plusieurs médicaments Anti-PD(L)1 ont déjà été approuvés par les autorités américaines et européennes, pour une série de types de cancers. L’usage de ces médicaments pour traiter d’autres types de cancers nécessite des recherches supplémentaires. De nombreux patients demandent de l’information sur les essais cliniques en cours relatifs aux inhibiteurs de points de contrôle immunitaires et voudraient savoir comment y participer.

immunotherapy

La thérapie par lymphocytes T du récepteur d’antigène chimérique, une autre immunothérapie, a également été au centre de l’attention. Bien que les chercheurs, les médecins et les sociétés pharmaceutiques du monde entier investissent massivement dans ce traitement prometteur qui renforce l’immunité, son admission et son adoption dans la prise en charge standard du cancer n’en est qu’à ses premiers balbutiements. Les patients doivent être informés de l’avancement des recherches, de la disponibilité des traitements et des limites actuelles à leur utilisation. En affectant le système immunitaire, l’immunothérapie pourrait causer des effets secondaires graves ou potentiellement mortels. Tout comme n’importe quel médicament anticancéreux.

Les patients peuvent envoyer leurs demandes sur les possibilités de traitement à patient@fondsanticancer.org.