PIONEER : un essai de phase II randomisé portant sur le cancer du sein ER+ de stade précoce et opérable. - nouvel article dans 'Nature Reviews Cancer'

Source d'information: 
Fonds Anticancer

Un nouvel article dans Nature Reviews Cancer, « Deciphering the divergent roles of progestogens in breast cancer », Carroll et son équipe décrivent le rôle complexe des progestatifs dans le cancer du sein ER positif. Ce champ de recherche s’est complexifié avec la polémique ayant pris de l’ampleur autour du rôle du récepteur de progestérone dans le cancer du sein et de la vaste famille de différents composés appelés progestatifs, d’origine naturelle ou synthétique, qui peuvent l’activer. La crainte qui persiste est que certains agents puissent être liés à l’apparition du cancer ou puissent accroître la prolifération des cellules cancéreuses. Ce nouvel article étudie les éléments prouvant cet effet pro-cancer avec différentes catégories de progestatifs et montre que certains agents, notamment l’acétate de mégestrol, présentent des effets anticancéreux cliniquement significatifs. Par ailleurs, les auteurs indiquent clairement que de nombreuses femmes ne suivent pas actuellement un traitement anti-œstrogénique en raison des effets secondaires associés à cette thérapie, notamment les bouffées de chaleur, ce qui diminue leur chance de survie.

Il a été montré que l’acétate de mégestrol réduisait les bouffées de chaleur chez 85 % des femmes, ce qui améliore potentiellement l’observance de leur traitement anti-œstrogénique existant et par conséquent, améliore leur survie, indépendamment des autres effets anticancéreux de cette molécule. Les propriétés anticancéreuses de l’acétate de mégestrol et ses effets de réduction des bouffées de chaleur sont les mécanismes clés étudiés par l’essai PIONEER financé par le Fonds Anticancer. PIONEER est un essai contrôlé randomisé mené au Royaume-Uni pour étudier l’association de l’acétate de mégestrol au létrozole, un traitement anti-œstrogénique de la famille des inhibiteurs de l’aromatase, chez les femmes ménopausées atteintes d’un cancer du sein. L’essai déterminera si un traitement de deux semaines d’acétate de mégestrol, en plus du traitement standard à base de létrozole, peut réduire le taux de croissance des cellules cancéreuses. En cas de succès, PIONEER sera suivi d’un essai randomisé à plus grande échelle qui utilisera l’acétate de mégestrol comme complément à long terme des traitements anti-œstrogéniques standard.

 

Source: (que l'abstrait)

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27885264