Qu’est-ce que le cancer ?

Bien que l’on parle souvent du cancer comme d’une affection unique, il s’agit en réalité d’un terme général regroupant un grand nombre de pathologies malignes caractérisées par la présence de cellules anormales. Dans ce cas, les signaux responsables du déclenchement ou de l’arrêt de la division cellulaire sont incapables de maintenir l’équilibre entre la croissance des nouvelles cellules et la mort des anciennes cellules, engendrant ainsi une prolifération non contrôlée de cellules anormales dans une partie du corps.

Comment les cellules deviennent-elles anormales ? Chaque organe du corps est constitué de tissus, formés eux-mêmes d’un ensemble de cellules soutenues par une structure de protéines. Les cellules sont de très petites unités qui sont à la base de la fonction de l’organe qu’elles composent. Chaque cellule possède un noyau contenant des gènes, c’est-à-dire des morceaux d’ADN qui contrôlent son fonctionnement, sa reproduction et sa mort. L’ADN est le langage de l’organisme. Les gènes sont des phrases qui donnent des instructions à la cellule. Certains gènes donnent des instructions dans le cadre de la mort cellulaire programmée, un processus par lequel les cellules qui présentent des caractéristiques anormales se suicident. Le reste des cellules mortes est recyclé par l’organisme et ne nuit aucunement à ce dernier. D’autres gènes contrôlent le développement et la reproduction cellulaires, ou division cellulaire. Ce processus est régulé par l’interaction de différents signaux stimulateurs et inhibiteurs au cours duquelles molécules indiquent respectivement à la cellule d’entamer ou de cesser sa division. Grâce à ces signaux, il y a un bon équilibre entre les taux de croissance des nouvelles cellules et la mort des anciennes cellules, ce qui permet à l’organe de fonctionner correctement. L’ADN présent dans chaque cellule peut être endommagé en raison de plusieurs facteurs tels que des substances chimiques. Le rôle de certains gènes est de donner des instructions destinées à réparer rapidement l’ADN et à éviter toute conséquence indésirable pour la cellule. Malheureusement, que ce soit de manière naturelle ou suite à des dommages répétés au cours du temps, certains des gènes évoqués ci-dessus peuvent être endommagés au niveau de leur ADN, lequel ne peut être réparé correctement. Ces mutations peuvent entraîner une perte de contrôle de la cellule sur son processus normal de fonctionnement, de reproduction et de mort. De manière générale, on admet que si une cellule devient incontrôlable, un cancer peut en résulter.

Ce processus est appelé néoplasie et la masse de tissu qui en résulte est appelée néoplasme ou tumeur. Les néoplasmes ou tumeurs ne sont pas tous cancéreux. Une tumeur peut être :

  • Bénigne : une tumeur bénigne ne croît pas de manière illimitée et ne se propage pas.
  • Potentiellement maligne : une tumeur précancéreuse qui n’envahit pas les tissus avoisinants mais qui est très susceptible de se transformer en cancer.
  • Maligne : une tumeur maligne ou cancer croît de manière illimitée, envahit et détruit les tissus avoisinants et peut se propager dans d’autres régions du corps, où les cellules forment de nouvelles tumeurs appelées métastases.

Une fois que la tumeur a atteint une certaine taille, elle a besoin de sang pour survivre. Les cellules cancéreuses émettent des messages indiquant aux vaisseaux sanguins voisins qu’ils doivent augmenter en nombre afin de nourrir la tumeur.